Répondre aux enjeux agricoles actuels : produire une alimentation et un environnement de qualité, créer des emplois durables

Objectif : promouvoir le test d’activité agricole pour favoriser l’installation de nouveaux agriculteurs

Début du projet : 1er trimestre 2017

Budget : 20 000 euros

Créé en 2012, le Réseau National des Espaces-Test Agricoles (RENETA) fait la promotion du test d’activité agricole pour redéployer une agriculture de proximité et pour sécuriser l’installation des porteurs de projets agricoles. Lutter pour une plus grande autonomie alimentaire des territoires français, contre la désertification des professions agricoles (perte de 200 000 actifs entre 2000 et 2010 selon l’Agreste, Ministère de l’Agriculture) et répondre à une demande croissante des consommateurs et des collectivités pour une production alimentaire locale et bio, telles sont les missions portées par RENETA grâce à ses 43 espaces-test agricoles en fonctionnement (27 autres sont encore en projet).

Les espaces-test sont des terrains mis à la disposition de porteurs de projets, souvent non issus du milieu agricole. Là, ils peuvent tester une activité agricole durable de façon autonome, en grandeur réelle, sur une durée limitée, dans un cadre qui limite la prise de risques. L’accompagnement par un réseau de pairs (agriculteurs, partenaires locaux, etc.) leur permet ainsi de décider de la poursuite de leur projet professionnel par la pratique en responsabilité de leur activité.

LE RÔLE CLÉ DE LA FONDATION TERRE SOLIDAIRE  :

Nous soutiendrons la mise en place d’un groupe de travail transversal qui va capitaliser les expériences développées dans le réseau, en tirer les enseignements, et les diffuser à travers la réalisation d’outils adaptés. Cette démarche a pour objectif de  renforcer le rôle des espaces-test dans la mise en œuvre des politiques agricoles et alimentaires territoriales portées par les collectivités. Parce que les espaces test sont des espaces innovants qui impliquent d’ors et déjà une multiplicité d’acteurs, ils représentent une opportunité pour les collectivités territoriales qui ont peu l’habitude de s’intéresser aux problématiques d’installation agricole, enjeu pourtant central des politiques agricoles territoriales.

© CODAH