L'énergie renouvelable au service du développement du territoire

Présentation du candidat

Les Centrales Villageoises du Pays de Saintois a pour but la production citoyenne d’énergies renouvelables ainsi que la réduction des consommations dans la Communauté de Communes du Pays du Saintois. Ce projet est dans TEPOS (Territoire à Énergie POSitive) du Pays Terres de Lorraine. L’objectif est de réaliser 13 toitures photovoltaïques du territoire : projet innovant, le 1er en Lorraine, le 2nd dans le Grand Est (Alsace), et s’inscrivant ainsi dans un projet national d’une quarantaine d’initiatives.

Résumé de l’initiative

Une démarche collective et participative, dont le but est un territoire à énergie positive et de lutter à l’échelle locale et rurale contre les émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique (démarche TEPos et Contrat de Transition Écologique du Pays Terres de Lorraine)

Description du candidat

Un collectif d’une trentaine d’habitants de la Communauté de Communes du Pays du Saintois, composé de citoyens qui se sont rencontrés à l’occasion de réunions publiques s’est constitué en association. Membre depuis mai 2018 du réseau national des Centrales Villageoises et adhérant à la Charte des Centrales Villageoises. Le but de ce collectif a été de préfigurer la création d’une SCIC (création janvier 2020) fondée sur les valeurs de solidarité et de gouvernance citoyenne, d’intérêt collectif et d’utilité sociale.
La SCIC effectuera les travaux d’installation de panneaux photovoltaïques sur des toitures proposées et mises à disposition par des habitants (particuliers, entreprises, collectivités) du Pays, dans le but de produire de l’électricité à partir de l’énergie solaire.
A ce jour 13 toitures, qui répondent le mieux aux critères de faisabilité et de rentabilité économique ont été sélectionnées parmi la soixantaine de candidates. Ce sera la première tranche d’installation de panneaux et d’exploitation pouvant constituer un modèle local de production d’énergies renouvelables susceptible d’être reproduit par d’autres acteurs locaux (effet « boule de neige »).
Par ailleurs, conformément au manifeste des SCIC (forme juridique adoptée par ailleurs à l’unanimité par le collectif) les excédents d’exploitation seront obligatoirement réinvestis à hauteur d’un minimum de 57,5 % dans de nouvelles tranches de travaux similaires ou de développement d’autres énergies renouvelables (hydroélectricité, éolien..).
La gouvernance citoyenne repose sur le principe d’une personne égale une voix. A ce titre le projet donne un poids identique aux petits porteurs de parts réduisant ainsi l’inégalité liée aux différences de fortunes personnelles, ce qui a incité aussi le groupe à fixer le montant de la part d’adhésion au capital de la SCIC à 50 €.