Présentation du candidat

Epicerie solidaire itinérante, nous vendons des produits du secteur qui sont voués à la destruction : nous allons dans les villages de moins de 5 000 habitants afin de répondre aux besoins des familles fragilisées financièrement. Nous répondons aussi à une fragilité sociale car les familles sont isolées.

Résumé de l’initiative

Nous sommes situés dans un secteur rural et nous nous déplaçons sur un rayon de moins de 15 km, nous récupérons des denrées dans ce même rayon d’action afin d’éviter une consommation d’énergie (camion) et d’éviter la destruction de denrées non présentable pour la vente (magasin, fermier)

Description

Nous sommes situés à 30 km de la métropole Lilloise, nous avons constaté un besoin auprès d’une population fragilisée financièrement. Au départ, nous avons pensé créer une épicerie solidaire dans un local. Après avoir fait une étude de besoin, nous nous sommes aperçus que les besoins de locomotion étaient limités, donc nous avons pensé à un camion qui se déplaçait de village en village.

L’objectif est la création d’un commerce ambulant afin de vendre des produits alimentaires ou non à 30 % du prix magasin aux familles en difficultés financières de faire des économies. Une inscription est obligatoire, les revenus et les factures sont demandés afin de voir ensemble le reste à vivre qui sera de 10 euros par jour. Nous avons constaté que les familles qui ne bénéficient pas des aides dites « classiques » (CAF, associations caritatives) se retrouvent en difficultés très rapidement. L’objectif est de faire des économies.

Nous nous adressons à tous types de personnes (un peu plus à des personnes en difficultés physiques et âgées). Nous sommes souvent le seul “magasin” à venir dans le village et cela créé de la curiosité et donc un brassage de la population et de la convivialité (au-delà de la vente de produits, nous avons imaginé une boîte à livre qui fait venir plus de monde).
Nous voulons développer des ateliers zéro déchets (faire soi-même ses produits ménagers, son maquillage, faire de la vente de vêtements deuxième main, faire des ateliers cuisine qui s’appelle : au bonheur des restes, faire des ateliers couture pour réparer les vêtements).