Avec le FTDES, soutenir la justice environnementale

Renforcer les capacités de la société civile tunisienne sur les problématiques environnementales

Partenaire local : FTDES – Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux

Début du projet : 1er semestre 2018 (sur 3 ans)
Budget : 90 000 €

En 2011, la fin de la dictature a consacré plus de libertés en Tunisie.  Mais le processus de transition démocratique a été d’ordre institutionnel davantage que socio-économique. La situation sociale catastrophique (chômage, inégalités fortes, etc.) combinée à la répression limitent l’intérêt accordé aux luttes environnementales.

Pourtant, la lutte pour une justice environnementale répond aux enjeux d’une transition écologique indissociable de la transition démocratique et socio-économique qui se joue actuellement. En effet, risques sanitaires, surexploitation et pollution des ressources naturelles sont autant de symptômes alarmants des dérèglements du modèle de développement actuel en Tunisie.

LE RÔLE CLÉ DE LA FONDATION TERRE SOLIDAIRE :

Conscient de l’urgence, le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) a décidé de s’emparer du sujet avec l’appui de la Fondation Terre Solidaire. En plus de son intervention sur les problématiques des droits des travailleurs, des femmes, des migrants et du travail, il développera un programme de sensibilisation et de lutte pour la justice environnementale avec une approche ancrée à l’échelle locale.

Formations, consultations des citoyens, recherche de solutions aux problématiques locales et travail de plaidoyer, le FTDES doit poursuivre sa mobilisation pour redonner à tous les Tunisiens, où qu’ils se trouvent, confiance en l’avenir !

Portrait de Alaa Talbi, Directeur exécutif du FTDES

"Il faut rester vigilant (…) afin de réussir la révolution. Le rôle de la société civile ne se limite pas au processus politique et il reste un gros travail à faire à l’échelle nationale et régionale car des problématiques économiques, sociales et environnementales demeurent."

s’inquiète Alaa Talbi, Directeur exécutif du FTDES