L'énergie renouvelable par les citoyens pour les citoyens

Créer un observatoire de l’énergie citoyenne

Partenaire : Énergie Partagée

Début du projet : 1er trimestre 2018

Budget : 15 000

Le modèle de production et de consommation d’énergie des pays industrialisés est une menace majeure pour l’humanité. Il conduit à des impasses écologiques mais aussi économiques, politiques, géopolitiques et sociales. C’est dans ce contexte qu’Énergie Partagée (EP) a été créé, regroupant des personnes morales, des groupements citoyens, des collectivités et des organisations engagées dans une dynamique de production d’énergie renouvelable, locale et citoyenne.

Énergie Partagée sensibilise les Français et fédère les acteurs et porteurs de projets pour faire changer la politique énergétique au niveau national. Elle collecte également l’épargne des citoyens pour l’investir directement au capital de projets de production d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique, tout en permettant aux citoyens d’en garder la maîtrise. L’ancrage territorial, la participation des citoyens, l’exigence écologique et la démarche non spéculative sont des aspects essentiels pour la Fondation Terre Solidaire qui y voit une nouvelle façon de penser la production d’énergie.

LE RÔLE CLÉ DE LA FONDATION TERRE SOLIDAIRE  :

La Fondation Terre Solidaire consolide les missions d’Énergie Partagée en lui donnant les moyens de créer un « observatoire de l’énergie citoyenne », un espace d’étude et d’analyse accessible à tous pour évaluer l’apport de l’énergie citoyenne en alliant expériences de terrain et compétences scientifiques : recensement des projets sur une carte interactive (40 projets locaux ont déjà été financés : méthanisation, toitures solaires, turbines hydrologiques, éoliennes), tableau de bord des retombées économiques, de la réduction des consommations d’énergie, des emplois générés, etc.

transition énergétique

Elles ressemblent à 4 éoliennes classiques, mais celles-ci sont « citoyennes ». Plus de 1 000 habitants ont contribué à son financement et maîtrisent l'exploitation de ce projet de près de 12 millions d’euros. Une première en France.