Présentation du candidat

La Coopérative Oasis accompagne dans toute la France celles et ceux qui vivent ou souhaitent vivre dans des écolieux collectifs (que nous appelons oasis), au travers de 3 missions :

  • Découvrir: en documentant autour de ce mode de vie (articles, podcasts, travaux de recherche…)
  • Créer: en accompagnant et formant des porteurs de projets (formations, financement…)
  • Vivre: en animant un réseau de plus de 1 200 oasis (évènements, rencontres, base de données, ressources gratuites…)

Résumé de l’initiative

Les oasis font émerger un mode de vie et une façon d’habiter le monde plus écologique, sobre et résiliente. Pour être définie comme oasis, un lieu doit répondre à 5 principes fondamentaux en terme d’agroécologie, sobriété énergétique, mutualisation, gouvernance partagée, d’ouverture sur l’extérieur

Description

Ces lieux participent à :

  • Régénérer et protéger les sols et la biodiversité en pratiquant des activités agricoles biologiques et permaculturelles;
  • Redynamiser les territoires ruraux où ils s’implantent en favorisant l’économie locale et en proposant de nouvelles activités;
  • Améliorer le lien social et la qualité de vie des territoires. Nous sommes partenaires du projet RCI (indicateur de capacités relationnelles) mené par le Campus de la Transition et financé par l’ADEME. Il s’agit d’un indicateur de bien vivre, spécifique aux écolieux et alternatif au PIB, qui s’intéresse spécifiquement à la qualité des liens noués entre les personnes (dimensions socio-économique, personnelle ou politique) et leur milieu de vie. Le résultat de cette étude est en cours de rédaction, mais il en ressort déjà que les oasis améliorent le lien social et la qualité de vie des territoires;
  • Lutter contre le réchauffement climatique en adoptant un mode de vie plus sobre, en favorisant l’économie locale, en mutualisant les biens et les services et en produisant une partie de sa nourriture. Les études de Carbone4 (2016) et BL Evolution (2022) ont conclu que les habitants d’oasis ont un bilan carbone plus de 2 fois plus bas qu’un français moyen,
  • Réduire de 10 à 30 % les coûts liés au logement (autoconstruction, mutualisation d’espaces communs…) tout en construisant de manière plus écologique.